to infos from and about james james' art fund for life - news & notes guest spots


ENGLISH VERSION


DEUTSCHE VERSION


urgent appeal update


james allridge, l'artiste


article about james


photos


dying to get some sleep


on démén.... on a déménagé!!


supplément spécial


i read a story


sibling rivalry


james' friends


VOIR GUESTBOOK



en ge

SUPPLÉMENT SPÉCIAL


Lorsque mon frère Ronald Keith Allridge fut exécuté le 8 juin 1995, j'ai ressenti au fond de moi un tas d'émotions. Il y en a certaines que je n'ai jamais totalement comprises ni même pris le temps de laisser mûrir.

Pour de nombreuses raisons Ronnie était quelqu'un de spécial pour moi, mais il l'était aussi ici dans le Couloir de la Mort car il a été le premier d'entre nous à refuser de sortir spontanément de la Cellule de Garde de la Mort. Il a dit qu'il ne marcherait pas vers la mort. Et il ne l'a pas fait. Il voulait que les autorités sachent que prendre la vie de quelqu'un contre sa volonté est un meurtre, peu importe la manière dont vous essayez de le justifier. Mais peu de personnes ont noté l'acte de défi de Ronnie.

Six ans et deux semaines plus tard, une scène similaire s'est produite. Mais cette fois le monde regardait. Cette fois, c'était Gary ("G.G") Graham, qui s'est fait connaître sous le nom de Shaka Sankofa.

J'ai entendu à la radio des comptes-rendus et j'en ai lus dans le journal, et bien entendu, j'ai vécu avec lui dans cet environnement. Il s'est battu lorsqu'ils sont venus le sortir de sa cellule habituelle pour le placer dans une Cellule de Garde de la Mort. Ils lui ont joué des tours en sortant de la salle de visite mais il s'est battu lorsqu'ils sont venus le chercher pour le conduire à l'unité Walls afin d'attendre son exécution. Il s'est battu lorsqu'ils sont venus pour le sangler à la table d'exécution.

Le dimanche suivant l'exécution de G.G j'ai entendu à la radio son Conseiller Spirituel, le Ministre Robert Muhammad. Il a déclaré que G.G avait été sanglé à la table d'exécution, mais ils ne l'avaient pas simplement sanglé ils l'avaient aussi menotté à la table d'exécution. Sa tête était aussi retenue par un velcro noir car apparemment, même après l'avoir maîtrisé avec des menottes il essayait de les mordre.

On a dit qu'un drap couvrait son corps et que certains endroits de la robe en papier qu'ils lui avaient fait mettre étaient visiblement déchirés et en loques. Apparemment après s'être debattu. J'imagine qu'il s'est battu au moment où ils l'ont attaché pour lui retirer ses vêtements de prison, comme pour l'humilier encore plus, et lui mettre une serviette hygiénique afin que lorsque son corps allait mourir, ses boyaux et ses reins se libérer, ils n'auraient pas la merde à nettoyer, ce qui dénaturerait l'image d'une machine à tuer propre, sanitaire et humaine.

Shaka était un homme qui s'est battu. Il s'est battu jusqu'à ce qu'il ne puisse plus se battre. Il s'est battu. Il s'est battu, pas suffisamment pour que sa vie soit épargnée, mais il s'est battu pour que justice soit faite en son exemple.

Honnêtement je peux enfin dire que je me souviens de G.G comme étant un battant. Mais je n'ai jamais eu le plaisir de rencontrer Shaka Sankofa, l'homme que G.G était devenu. Cela faisait 12 ans que nous nous côtoyions mais je l'admirais de loin. J'ai admiré tout ce qu'il a fait, non seulement pour lui-même, mais également pour tous ceux qui se trouvent dans le Couloir de la Mort. Je l'ai admiré pour le rôle de guide qu'il avait adopté, comme peu de personnes l'ont fait. Non pas dans l'intention de jouer les stars, mais pour attirer et concentrer l'attention sur cette situation de plus en plus sinistre qu'est la Peine de Mort au Texas.

Pendant qu'il était couché, à attendre la mort, il a une fois de plus affirmé son innocence et a rapidement tourné son attention vers nous, qui sommes encore là. Il a réclamé que nous continuions la lutte pour voir la mise en place d'un moratoire.

Je dois vous dire que je suis vraiment fatigué de rester ici assis à regarder partir un par un des gens que j'ai appris à connaître et à aimer solidement. Certaines morts vous touchent plus particulièrement. Celle de mon frère, comme je vous l'ai dit, m'a touché à un point tel qu'aujourd'hui je ne peux encore la maîtriser. L'exécution d'un de mes meilleurs amis, Glen Mc Ginnis m'a également profondément affecté. Maintenant G.G. Il faut que cela cesse ! Purement et simplement.

L'objet de mon combat a principalement été de sauver ma vie car je pense qu'on doit d'abord s'aider soi-même avant d'aider quelqu'un d'autre. Aussi, je poursuivrai mes projets individuels même si parfois c'est décourageant ; je pense au cas de G.G. C'était un homme qui avait des prétentions d'innocence solides. Il avait de nombreux liens politiques, abolitionnistes, sociaux, religieux, judiciaires et médiatiques mais il fut quand même exécuté par ce système sans pitié. Si malgré un tel soutien sa vie n'a pu être épargnée, alors quelle chance nous reste t'il à nous avec le système actuel ? Le système doit changer.

Un moratoire aurait des conséquences sur tout le Couloir de la Mort, c'est pourquoi je vous demande votre aide. Actuellement je ne suis pas certain de savoir ce que je veux faire mais ce que je sais c'est que je vais faire quelque chose. J'ai besoin de votre aide, de vos idées et de tout votre soutien. Les autres nouvelles de la lettre d'information paraissent à présent être complètement passées mais j'espère que vous apprécierez tout de même.

Joignez-vous à moi. Nous devons faire quelque chose et maintenant. A l'heure où vous lirez ceci plusieurs autres personnes auront probablement déjà été exécutées. C'est en effet un "Etat d'Urgence".

Fermement résolu,
James.


Vous pouvez également contacter James grâce à son e-mail :

jamesvallridge@yahoo.com